Get Adobe Flash player


Sa Sainteté le Pape Benoît XVI

Apprenant avec une vive émotion le décès du cardinal Jean-Marie Lustiger, archevêque émérite de Paris, je tiens à vous exprimer ma profonde union de prière avec l’archidiocèse de Paris, avec les proches du défunt et avec tous ceux que touche la disparition de cette grande figure de l’Eglise en France. Je confie à la miséricorde de Dieu le cher cardinal Lustiger qui consacra généreusement sa vie au service du peuple de Dieu dans le diocèse d’Orléans et dans l’archidiocèse de Paris. Je rends grâce au Seigneur pour son ministère épiscopal, gardant présent le souvenir de ce pasteur passionné par la recherche de Dieu et par l’annonce de l’Evangile au monde. De son ministère auprès des étudiants, il avait gardé le souci des jeunes. Dans les communautés qui lui ont été confiées, il contribua à développer l’engagement missionnaire des fidèles et il s’attacha particulièrement à renouveler la formation des prêtres et des laïcs. Homme de foi et de dialogue, il se dépensa généreusement afin de promouvoir des relations toujours plus fraternelles entre chrétiens et juifs. Intellectuel clairvoyant, il sut mettre ses dons au service de la foi, pour rendre présent l’Evangile dans tous les domaines de la vie de la société. En gage de réconfort, je vous accorde, Monseigneur, la bénédiction apostolique, ainsi qu’à vos auxiliaires, aux proches du cardinal défunt, aux prêtres, aux diacres, aux personnes consacrées, aux fidèles de l’archidiocèse et à toutes les personnes qui prendront part aux obsèques.
          
Nicolas Sarkozy
Président de la République

Je viens d'apprendre avec tristesse la disparition du Cardinal Jean-Marie Lustiger, la France perd une grande figure de la vie spirituelle, morale, intellectuelle et naturellement religieuse de notre pays.

Sa personnalité était à l'image des épreuves que la vie lui avait fait traverser et qui furent d'abord celles de l'Europe au cours du 20ème siècle. Elles avaient forgé un homme de caractère, mais aussi d'engagement et de liberté d'esprit.

Dans toutes les responsabilités qui lui furent confiées, Jean-Marie Lustiger ne se donna jamais à moitié. Archevêque de Paris, il renouvela profondément la vie du diocèse, dynamisa les paroisses, transforma la formation des prêtres et des laïcs. Cardinal, il fut le relais inlassable de l'esprit de la génération Jean-Paul II, en particulier à l'occasion des Journées mondiales de la Jeunesse à Paris en 1997, dont il fut l'artisan principal.

Pour ma part, j'ai toujours apprécié de pouvoir trouver en lui un interlocuteur authentique, qui ne dissimulait pas ses convictions, et dont la liberté de ton était pour moi un signe du respect et des attentes qu'il avait à l'égard des responsables publics.

Pour tous les hommes et toutes les femmes de foi, mais aussi pour tous ceux qui s'interrogent sur le rôle du fait religieux dans l'histoire de l'humanité, le parcours spirituel du Cardinal Lustiger restera à la fois un exemple et un grand mystère. Ayant vécu dans sa chair la continuité entre le judaïsme et le christianisme, mais aussi l'originalité du message chrétien qui conduit certains à faire le don absolu et exigeant de leur personne, Jean-Marie Lustiger était l'image même de l'homme de foi et de vie intérieure.

Lors des échanges téléphoniques que j'ai eus avec Jean-Marie Lustiger au cours des dernières semaines, j'ai trouvé un homme de grand courage, lucide sur son état, mais plein de l'Espérance de rencontrer bientôt Celui auquel il avait consacré sa vie.

Je m'associe à la peine des catholiques de France, des religieux et des religieuses, des prêtres et des évêques, qui savent gré au Cardinal Lustiger d'avoir toujours cherché à conforter les valeurs morales, la force spirituelle et l'exigence intellectuelle du catholicisme français. Je sais aussi que leur espérance les soutient dans l'épreuve qu'ils traversent.

Bertrand Delanoé
Maire de Paris

La disparition du cardinal Jean-Marie Lustiger est une grande perte pour Paris. Archevêque de la capitale pendant un quart de siècle, après avoir été aumônier de la Sorbonne et curé de la paroisse Sainte-Jeanne de Chantal, il a aimé cette ville et l’a admirablement comprise, dans toutes ses dimensions, spirituelle, intellectuelle culturelle et sociale. Ses paroles exprimaient la force de ses convictions, sa vaste culture, son intelligence rigoureuse, sa lucidité. Lui qui avait éprouvé cruellement l’une des plus grandes tragédies du XXème siècle, portait partout un message d’espérance. Il était attentif à tous. Il ne laissait personne indifférent, au-delà même des catholiques et des croyants.
Je mesure la perte que sa disparition représente pour le diocèse de Paris et aussi pour l’Eglise universelle. Il était écouté du Pape Jean-Paul II. Son implication personnelle dans le rapprochement entre l’Eglise catholique et le judaïsme a été décisive. En Allemagne, aux Etats-Unis, en Afrique, dans les Eglises et dans les Universités, ses interventions étaient reçues avec la plus grande attention.
A vous qui avez été l’un de ses plus proches, comme vicaire puis comme évêque auxiliaire, j’exprime mes très sincères condoléances.
Je vous prie aussi de bien vouloir transmettre le témoignage de ma sympathie aux membres de sa famille, ainsi qu’aux prêtres et aux fidèles du diocèse de Paris.
Veuillez agréer, Monseigneur, l’expression de ma haute considération.

AUMONERIE CATHOLIQUE TAMOULE INDIENNE 

Copyright © 2001-2017

EMAIL : webmaster@aumonerietamouleindienne.org