Inde : deux saints pour un nouvel élan missionnaire

Merci ZENIT

Canonisation d'un prêtre et d'une religieuse du Kerala

Anne Kurian

ROME, 23 novembre 2014 (Zenit.org) - « Que le Seigneur concède un nouvel élan missionnaire à l’Eglise qui est en Inde » : c’est le souhait du pape François pour la canonisation de deux bienheureux Indiens de l’Eglise syro-malabare, ce dimanche matin, 23 novembre 2014, en la solennité du Christ Roi de l’Univers.

Les deux nouveaux saints sont le bienheureux Kuriakose Elias Chavara de la Sainte-Famille (1805-1871), prêtre carme, fondateur de la congrégation des Carmes de Marie Immaculée et la bienheureuse Euphrasie Eluvathingal du Sacré-Cœur (1877-1952), de la Congrégation des sœurs de la Mère du Carmel. Le pape François a également canonisé quatre Italiens, dont un évêque, un prêtre et deux religieux.

 

Lors de l’angélus qui a conclu la célébration, le pape a salué les plus de 4.000 visiteurs Indiens présents place Saint-Pierre à cette occasion, en costume traditionnel du Kerala, Etat du sud de l’Inde d’où sont originaires les deux saints. Durant la célébration de la messe, l'Evangile du jour avait été cantilé en latin puis chanté en syriaque selon le rite syro-malabar. 

Dans la foule, une délégation de trois personnes était envoyée par le gouvernement de l'Inde, conduite par le vice-président du Conseil des Etats (le "Rajya Sabha") du Parlement indien, M. Pallath Joseph Kurian.

Rendant hommage à la terre du Kerala, « grande terre de foi et de vocations sacerdotales et religieuses » – qui compte 20% de chrétiens contre 2% dans le reste de l’Inde –, le pape a souhaité « que le Seigneur concède un nouvel élan missionnaire à l’Eglise qui est en Inde ».

« Qu’en s’inspirant de l’exemple de concorde et de réconciliation [des deux saints], les chrétiens de l’Inde poursuivent sur le chemin de la solidarité et du partage fraternel », a-t-il ajouté.

Le P. Kuriakose Elias Chavara de la Sainte-Famille, de rite syro-malabar, a été béatifié par le pape Jean-Paul II le 8 février 1986, au cours de sa visite en Inde : il est inscrit au martyrologe romain le 3 janvier.

Réformateur social de premier plan au 19ème siècle, le P. Chavara n’a eu de cesse de lutter contre le système des castes, la discrimination et la superstition. Soucieux de l’éducation des plus pauvres, il a fondé notamment une école en langue sanscrite – le sanskrit était alors réservé aux castes supérieures – qu’il a ouverte à toutes les personnes sans distinction de caste ni de religion.

En 1829, il a créé les Carmes de Marie Immaculée (CMI), premier institut religieux autochtone pour les hommes dans l'Église du Kerala et en 1866, il a ouvert le premier couvent de la Congrégation de la Mère du Carmel (CMC), la branche féminine des CMI, dont fit partie Mère Euphrasie, appelée aussi populairement « la sœur qui prie ».

Mère Euphrasie est une mystique connue pour sa vie de prière intense. Les gens affluaient vers elle pour ses conseils et aujourd’hui encore elle est source d’inspiration pour sa congrégation qui se dédie à l’éducation et à l’aide sociale dans le monde entier. Elle a été béatifiée le 3 décembre 2006, dans l’église Saint-Antoine à Ollur, dans le Kerala.